Informations

De quel bug s'agit-il ? Manchester, Royaume-Uni

De quel bug s'agit-il ? Manchester, Royaume-Uni


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

La créature semble avoir un corps vert avec 5 pattes de la même taille et une plus longue que les autres. Il a déplacé cette longue jambe, et il semblait qu'il l'utilisait pour sentir son environnement.

Lieu : Manchester, Royaume-Uni


Cela ressemble à ce que j'appellerais un "papa longues jambes", aussi connu sous le nom de les moissonneurs. Ce sont des arachnides de l'ordre Opilones. Il existe une trentaine d'espèces d'hommes de récolte au Royaume-Uni. La page Web https://harvestmen.fscbiodiversity.uk/ contient un outil d'identification très utile et, sur cette base, je pense que votre photo montre un Leiobunum sp. UNE:

Veuillez visiter le site lui-même pour plus de détails car il n'autorise pas la copie.


Professeur Matthias Heil

Heil, M. (1998) Stokes Flow dans un tube élastique -- Un problème d'interaction fluide-structure à grand déplacement. The International Journal for Numerical Methods in Fluids 28, 243-265. (résumé)(pdf preprint)

Heil, M. (1999) Ponts liquides minimaux dans les tubes élastiques à boucle non-axisymétrique. Journal of Fluid Mechanics 380, 309-337. (résumé) (ps préimpression)

Heil, M. (1999) Fermeture des voies respiratoires : Ponts liquides dans les tubes élastiques fortement bouclés. ASME Journal of Biomechanical Engineering 121, 487-493. (ps préimpression) (résumé)

Heil, M. (2000) Effets du nombre fini de Reynolds dans la propagation d'un doigt d'air dans un canal à paroi flexible rempli de liquide. Journal of Fluid Mechanics 424 , 21-44.(ps preprint) (résumé)

Heil, M. (2001) Le problème de Bretherton dans les canaux à parois élastiques : effets du nombre de Reynolds finis. Dans : IUTAM Symposium on Free Surface Flows , Editeurs : A. C. King & Y.D. Shikmurzaev. Kluwer, Dordrecht, Pays-Bas. p. 113-120. (ps préimpression) (résumé)

Heil, M. (2001) Effets finis du nombre de Reynolds dans le problème de Bretherton. Physique des fluides 13, 2517-2521. (ps préimpression) (résumé)

Heil, M. & White, J.P. (2002) Fermeture des voies respiratoires : instabilités non-axisymétriques provoquées par la tension de surface des anneaux élastiques doublés de liquide. Journal of Fluid Mechanics 462, 79-109. (ps préimpression) (résumé)

Hazel, A. L. & Heil, M. (2002) La propagation régulière d'une bulle semi-infinie dans un tube de section transversale elliptique ou rectangulaire. Journal of Fluid Mechanics 470, 91-114. (pdf preprint) (résumé)

Heil, M. & Jensen, O.E. (2003) Écoulements dans des tubes et canaux déformables -- Modèles théoriques et applications biologiques. Chapitre 2 de : Flux dans des tubes pliables et dépassement des autres limites hautement conformes. Rédacteurs : T.J. Pedley et P.W. Charpentier. p. 15-50. Kluwer, Dordrecht, Pays-Bas. (pdf preprint)(résumé)

Hazel, A. L. & Heil, M. (2003) Réouverture des voies respiratoires en trois dimensions : propagation régulière d'une bulle semi-infinie dans un tube élastique bouclé. Journal de la mécanique des fluides 478 47-70. (pdf preprint) (résumé)

Jensen, O.E. & Heil, M. (2003) Oscillations auto-excitées à haute fréquence dans un écoulement à canal pliable. Journal de la mécanique des fluides 481 235-268. (pdf preprint) (résumé)

Hazel, A. L. & Heil, M. (2003) Écoulements à nombre de Reynolds fini stable dans des tubes pliables tridimensionnels. Journal de la mécanique des fluides 486 79-103. (pdf preprint)(résumé)

Heil, M. & Hazel, A. L. (2003) Transfert de masse à partir d'une bande finie près d'un point de stagnation oscillant --- implications pour l'athérogenèse. Journal des mathématiques de l'ingénieur. 47 315-334. (résumé)(pdf preprint)

Heil, M. (2004) Un solveur efficace pour la solution entièrement couplée de problèmes d'interaction fluide-structure à grand déplacement. Méthodes informatiques en mécanique appliquée et ingénierie. 193 1-23. (résumé) (pdf preprint)

Watton, P. N., Hill, N. A. & Heil, M. (2004) Un modèle mathématique pour la croissance de l'anévrisme de l'aorte abdominale. Biomécanique et modélisation en mécanobiologie 3 98-113. (résumé) (réimpression pdf)

White, J.P. & Heil, M. (2005) Instabilités tridimensionnelles des tubes élastiques à revêtement liquide -- un modèle de la théorie de la lubrification. Physique des fluides 17 (résumé) (pdf preprint)

Hazel, A. L. & Heil, M. (2005) Le flambage induit par la tension de surface des tubes élastiques à revêtement liquide - un modèle pour la fermeture des voies respiratoires pulmonaires. Actes de la Royal Society A 461 , 1847-1868.(résumé) (pdf preprint)

Heil, M. & Waters, S.L. (2006) Écoulements transversaux dans des coques cylindriques élastiques à oscillation rapide. Journal of Fluid Mechanics 547, 185-214. (résumé) (pdf preprint)

Baroud, C.N., Tsikata, S. & Heil, M. (2006) La propagation de doigts à faible viscosité dans des réseaux ramifiés remplis de fluide. Journal of Fluid Mechanics 546, 285-294. (résumé) (pdf preprint)

Hazel, A. L. & Heil, M. (2006) Finite-Reynolds-Number Effects in Steady, Three-Dimensional Airway Reopening. ASME Journal of Biomechanical Engineering 128, 573-578. (résumé) (pdf preprint)

Heil, M. & Hazel, A.L. (2006) oomph-lib -- An O bject-Ooriented Multi-Physics Finite-Element Library. Dans : Fluid-Structure Interaction , Editeurs : M. Schafer und H.-J. Bungartz. Springer (Notes de cours sur la science informatique et l'ingénierie), pp. 19--49. (résumé) (pdf preprint)

Heil, M. & Waters, S.L. (2008) Comment les tubes pliables oscillants extraient rapidement l'énergie d'un écoulement moyen visqueux. Journal of Fluid Mechanics 601, 199-227. (résumé) (pdf preprint)

Hazel, A.L. & Heil, M. (2008) L'influence de la gravité sur la propagation stationnaire d'une bulle semi-infinie dans un canal flexible. Physics of Fluids 20 , 092109. (résumé) (pdf preprint)

Heil, M., Hazel, A.L. & Boyle, J. (2008) Solvers pour les problèmes d'interaction fluide-structure à grand déplacement : approches séparées ou monolithiques. Mécanique informatique 43, 91-101. (résumé) (pdf preprint)

Heil, M., Hazel, A.L. & Smith, J.A. (2008) La mécanique de la fermeture des voies respiratoires Physiologie respiratoire et neurobiologie 163, 214-221. (résumé) (pdf preprint)

Muddle, R.L., Boyle, J.W., Mihajlovic, M.D. & Heil, M. (2009) : The Development of an Object-Oriented Parallel Block Preconditioning Framework

Whittaker, R.J., Waters, S.L., Jensen, O.E., Boyle, J. & Heil, M. (2010) L'énergétique du flux à travers un tube à oscillation rapide. Partie I : Théorie générale. Journal of Fluid Mechanics 648 , 83-121 (résumé) (pdf)

Whittaker, R.J., Heil, M., Boyle, J., Jensen, O.E., & Waters, S.L. (2010) L'énergétique de l'écoulement à travers un tube à oscillation rapide. Partie II : Application à un tube elliptique. Journal of Fluid Mechanics 648 , 123-153 (résumé) (pdf)

Heil, M., Boyle, J. (2010) Oscillations auto-excitées dans des tubes pliables tridimensionnels : simulation de leurs oscillations d'apparition et de grande amplitude. Journal of Fluid Mechanics 652, 405-426 (résumé) (pdf)

Whittaker, R.J., Heil, M., Jensen, O.E. et Waters, S.L. (2010) Une dérivation rationnelle d'une loi des tubes à partir de la théorie des coques. Journal trimestriel de mécanique et de mathématiques appliquées (pdf) (résumé)

Whittaker, R.J., Heil, M., Jensen, O.E. et Waters, S.L. (2010) L'apparition d'oscillations auto-excitées à haute fréquence dans les tubes à parois élastiques. Actes de la Royal Society A 466 , 3635-3657. (résumé) (pdf)

Stewart, P.S., Heil, M., Waters, S.L. & Jensen, O.E. (2010) Oscillations de ballottement et de claquement dans l'écoulement d'un canal pliable. Journal of Fluid Mechanics 662, 288-319. (résumé) (pdf) (Matériel supplémentaire (film))

Heil, M., Hazel, A. L. (2011) Interaction fluide-structure dans les flux physiologiques internes. Revue annuelle de la mécanique des fluides 43, 141-162. (abstrait). (pdf)

Whittaker, R.J., Heil, M., & Waters, S.L. (2011) L'énergétique de l'écoulement à travers un tube oscillant rapidement avec une amplitude variant lentement. Transactions philosophiques de la Royal Society A 369, 2989-3006. (résumé) (pdf)

Hazel, A.L., Heil, M., Waters, S.L. & Oliver, J.M. (2012) Sur le revêtement liquide dans les tubes incurvés de transport de fluide. Journal de la mécanique des fluides 705, 213-233. DOI : 10.1017/jfm.2011.346

Pihler-Puzovic, D., Illien, P., Heil, M. & Juel, A. (2012) Suppression de motifs complexes en forme de doigt à l'interface entre l'air et un fluide visqueux par des membranes élastiques. Phys. Rév. Lett. 108. DOI : 10.1103/PhysRevLett.108.074502

Heil, M., Kharrat, T., Cotterill, P.A. & Abrahams, I.D. (2012) Quasi-résonances dans les revêtements insonorisants. Journal du son et des vibrations 331 4774-4784. DOI : 10.1016/j.sv.2012.05.029

Muddle, R.L., Mihajlovic, M. & Heil, M. (2012) Un préconditionneur efficace pour les problèmes d'interaction fluide-structure couplés monolithiquement avec des mises à jour de maillage pseudo-solide. Journal de physique computationnelle 231, 7315-7334. DOI : 10.1016/j.jcp.2012.07.001

Pihler-Puzovic, D., Perillat, R., Russell, M., Juel, A. & Heil, M. (2013) Modélisation de la suppression du doigté visqueux dans les cellules de Hele-Shaw à parois élastiques. Journal de mécanique des fluides 731, 162-183 DOI : 10.1017/jfm.2013.375

Pihler-Puzovic, D., Juel, A. & Heil, M. (2014) L'interaction entre le doigté visqueux et les rides dans les cellules de Hele-Shaw à parois élastiques. Physique des fluides 26, 022102. DOI : doi : 10.1063/1.4864188.

Shepherd, D., Miles, J., Heil, M., Mihajlovic, M. (2014) Rigidité induite par la discrétisation dans les simulations micromagnétiques. IEEE Trans. Magn., 50(11) 7201304. DOI : 10.1109/TMAG.2014.2325494

Evatt, G.W., Abrahams, I.D., Heil, M., Mayer, C., Kingslake, J., Mitchell, S.L., Fowler, A.C. & Clark, C.D. (2015) Fonte glaciaire sous une couche de débris : le modèle DADDI. Journal de glaciologie 61, 825-836. DOI : 10.3189/2015JoG14J235. (pdf)

Cimpeanu, R., Martinsson, A. & Heil, M. (2015) Une formulation de couche parfaitement adaptée sans paramètre pour la solution par éléments finis de l'équation de Helmholtz. Journal de physique computationnelle 296 329-347. DOI : doi : 10.1016/j.jcp.2015.05.006.

Heil, M. & Hazel, A.L. (2015) Flux dans des tubes flexibles/pliables. Dans: Interactions fluide-structure dans les écoulements à faible nombre de Reynolds. Rédacteurs : Duprat, C. & Stone, H.A. Société royale de chimie, édition RSC. p. 280-311. Voir les détails sur la page Web de l'éditeur.

Pihler-Puzovic, D., Juel, A., Peng, G., Lister, J. & Heil, M. (2015) Flux de déplacement sous membranes élastiques. Partie 1 : Expériences et simulations numériques directes. Journal de mécanique des fluides 784 487-511. DOI : doi : 10.1017/jfm.2015.590. (pdf)

Peng, G., Pihler-Puzovic, D., Juel, A., Heil, M. & Lister, J. (2015) Flux de déplacement sous membranes élastiques. Partie 2 : Analyse des effets d'interface. Journal de mécanique des fluides 784 512-547. DOI : doi : 10.1017/jfm.2015.589. (pdf)

Pestana, J., Muddle, R., Heil, M., Tisseur, F. & Mihajlovic M. (2016) Préconditionnement de bloc efficace pour une discrétisation par éléments finis C1 du problème biharmonique de Dirichlet. Revue SIAM de Calcul Scientifique 38(1), A325-A345. DOI : 10.1137/15M1014887. (pdf)

Heil, M. & Bertram, C. (2016). Un modèle d'interaction fluide-structure poroélastique de la syringomyélie. Journal de la mécanique des fluides, 809, 360-389. DOI : https://doi.org/10.1017/jfm.2016.669

Bertram, C. & Heil, M. (2017). Un modèle d'interaction fluide/structure poroélastique de la dynamique du liquide céphalorachidien dans la moelle avec syringomyélie et sténose de l'espace sous-arachnoïdien adjacent. Journal de génie biomécanique, 139(1), 1-10. DOI : 10.1115/1.4034657

Heil, M., Rosso, J., Hazel, A.L., Brons, M. (2017). Mécanique des fluides topologique de la formation de la rue Karman-vortex. Journal de mécanique des fluides 812 199-221. DOI : https://doi.org/10.1017/jfm.2016.792 (accès libre).

Cisonni, J., Lucey, A.D., Elliott, S.J & Heil, M. (2017) La stabilité d'un porte-à-faux flexible dans un écoulement de canal visqueux Journal of Sound and Vibration 369 186-202. DOI : 10.1016/j.jsv.2017.02.045

Walters, M.C., Heil, M., Whittaker, R.J. (2017) L'effet de l'inertie de la paroi sur les instabilités à haute fréquence de l'écoulement à travers un tube à paroi élastique Le Journal Trimestriel de Mécanique et Mathématiques Appliquées, hbx024. Accès électronique direct à l'article. DOI : https://doi.org/10.1093/qjmam/hbx024

Evatt, G., Mayer, C., Mallinson, A., Abrahams, I., Heil, M., & Nicholson, L. (2017). La vie secrète des voiles de glace. Journal de glaciologie, 1-14. doi:10.1017/jog.2017.72

Juel, A., Pihler-Puzovic, D. & Heil, M. (2018) Instabilités dans le cloquage. Revue annuelle de la mécanique des fluides 50, 691-714. DOI:10.1146/annurev-fluid-122316-045106.

Bergemann, N., Juel, A. & Heil, M. (2018) Goutte visqueuse s'étalant sur une couche du même fluide : de l'enfoncement, du coincement et de l'étalement à leur évolution au long cours. Journal de mécanique des fluides 843, 1-28. DOI : https://doi.org/10.1017/jfm.2018.127.

Pihler-Puzovic, D., Peng, G., Lister, J. R., Heil, M. & Juel, A. (2018) Doigté visqueux dans une cellule de Hele-Shaw à paroi élastique radiale. Journal de la mécanique des fluides 849, 163-191. DOI : https://doi.org/10.1017/jfm.2018.404

Bergemann, N., Heil, M., Smith, B. & Juel, A. (2018) De la déformation élastique à l'écoulement dans le chocolat tempéré. Journal de rhéologie 62, 1187. DOI : 10.1122/1.5038253

Pearce, S.P., Heil, M., Jensen, O.E., Jones, G.W., Prokop, A. (2018) La liaison à la kinésine sensible à la courbure peut expliquer la formation d'anneaux de microtubules et révèle la dynamique chaotique dans un modèle mathématique. Bulletin de biologie mathématique 80, 2003-3222. 10.1007/s11538-018-0505-4

Nielsen, A.R., Heil, M., Andersen, M. & Brons, M. (2019) Théorie de la bifurcation pour les tourbillons avec application à l'éruption de la couche limite. Journal de mécanique des fluides 865, 831-849. DOI : https://doi.org/10.1017/jfm.2019.97

Shepherd, D., Miles, J., Heil, M. & Mihajlovic, M. (2019) Une règle de point médian implicite d'étape adaptative pour l'intégration temporelle des linéarisations de Newton de problèmes non-linéaires avec des applications en micromagnétique. Journal de calcul scientifique 80, 1058-1082. DOI : 10.1007/s10915-019-00965-8

Vaquero-Stainer, C., Heil, M., Juel, A. & Pihler-Puzovic, D. (2019) Propagation frontale autosimilaire et désordonnée dans un canal radial Hele-Shaw avec une profondeur cellulaire variable dans le temps. Liquides d'examen physique 4, 064002. DOI : 10.1103/PhysRevFluids.4.064002.

Haner, E., Heil, M. & Juel, A. (2020) Déformation et tri de capsules dans une jonction en T. Journal de la mécanique des fluides 885, A4. DOI : 10.1017/jfm.2019.979.

Xu, D., Heil, M., Seeboeck, T. & Avila Marc (2020) Résonances dans un écoulement de canal pulsatile avec un mur élastique Phys. Rév. Lett. 125, 254501. DOI : 10.1103/PhysRevLett.125.254501


Cafard

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Cafard, (ordre Blattodea), aussi appelé gardon, l'une des quelque 4 600 espèces d'insectes qui font partie des insectes ailés vivants les plus primitifs, apparaissant aujourd'hui un peu comme dans les fossiles vieux de plus de 320 millions d'années. Le mot cafard est une corruption de l'espagnol cucaracha. La blatte se caractérise par un corps ovale aplati, de longues antennes filiformes et un tégument coriace noir ou brun brillant. La tête est penchée vers le bas et les pièces buccales pointent vers l'arrière au lieu d'être vers l'avant ou vers le bas comme c'est le cas chez la plupart des autres insectes. Les blattes mâles ont généralement deux paires d'ailes, tandis que les femelles, chez certaines espèces, n'ont pas d'ailes ou ont des ailes vestigiales.

La femelle produit des œufs dans des caisses à œufs (appelées oothèques). Ceux-ci sont parfois tenus dépassant de son corps ou peuvent être collés dans des zones protégées. Une fois que la femelle a déposé un œuf, les nymphes blanches et molles émergent. Au fur et à mesure que leur exosquelette durcit, il devient brun. La structure et la grande taille (certaines espèces ont une envergure de plus de 12 cm [4,7 pouces]) des blattes en ont fait des objets d'intérêt en laboratoire biologique.

La blatte préfère un environnement chaud, humide et sombre et se trouve généralement dans les climats tropicaux ou autres climats doux. Seules quelques espèces sont devenues nuisibles. L'insecte endommage plus de matière qu'il n'en consomme et dégage une odeur désagréable. Le régime alimentaire du gardon, qui comprend à la fois des produits végétaux et animaux, va de la nourriture, du papier, des vêtements et des livres aux insectes morts, en particulier les punaises de lit. Les insecticides sont utilisés pour lutter contre les gardons.

La blatte américaine (espèce Periplaneta americana), originaire d'Afrique et du Moyen-Orient, mesure de 30 à 50 mm (jusqu'à environ 2 pouces) de long, est brun rougeâtre et vit à l'extérieur ou dans des espaces intérieurs sombres et chauffés (par exemple, les sous-sols et les chaufferies). Au cours de la vie adulte, une période d'environ 1,5 an, la femelle dépose 50 oothèques ou plus, chacune contenant environ 16 œufs qui éclosent après 45 jours. La vie nymphale dure de 11 à 14 mois. La blatte américaine a des ailes bien développées. Cependant, la plupart des espèces ne volent pas bien.

La blatte germanique (Blattella germanica), un ravageur domestique courant, est brun clair avec deux bandes sombres sur la région prothoracique. La femelle produit l'oothèque 3 jours après l'accouplement et la porte pendant environ 20 jours. Trois générations ou plus peuvent se produire chaque année. Parce qu'il est petit (environ 12 mm [moins de 0,5 pouce] de long), ce cafard est souvent transporté dans les maisons dans des sacs et des boîtes d'épicerie. Il s'est répandu dans le monde entier grâce au transport humain, y compris le transport à longue distance par bateau.

La blatte à bandes brunes (Supella longipalpa) ressemble à la blatte germanique mais est légèrement plus petite. Le mâle a des ailes complètement développées et est de couleur plus claire que la femelle, dont les ailes sont courtes et non fonctionnelles. Les deux sexes ont deux bandes de couleur claire sur le dos. La durée de vie adulte est d'environ 200 jours, et il peut y avoir deux générations par an. Les œufs peuvent être déposés dans les vêtements, les moulures en bois ou les fissures du sol. Avec l'avènement des bâtiments chauffés, ce cafard s'est établi dans les climats plus frais.

La blatte orientale (Blatta orientalis) est considéré comme l'un des plus sales des parasites domestiques. Il est ovale, noir brillant ou brun foncé, et mesure de 25 à 30 mm (1 à 1,2 pouces) de long, avec un cycle de vie similaire à celui de la blatte américaine. Le mâle a des ailes courtes et complètement développées, et la femelle a des ailes vestigiales. Cette blatte a été distribuée par des véhicules de commerce depuis ses origines asiatiques dans toutes les régions tempérées.

Les cafards des bois ne sont pas des ravageurs domestiques dans l'est et le centre de l'Amérique du Nord, malgré leur nom. La blatte des bois de Pennsylvanie (Parcoblatta pennsylvanica) se trouve sous les rondins et les pierres aux latitudes septentrionales. Le mâle et la femelle sont si différents en apparence qu'ils étaient autrefois considérés comme des espèces distinctes. Le mâle, de 15 à 25 mm (0,6 à 1 pouce) de long, a des ailes qui s'étendent au-delà de l'abdomen. La femelle est plus petite et a des ailes beaucoup plus courtes. La blatte à capuchon brun (Cryptocercus punctulatus) digère le bois à l'aide de certains protozoaires de son tube digestif.

Certaines autorités considèrent les cafards comme un sous-ordre de l'ordre des Orthoptères (sauterelles, grillons et katydides) ou de l'ordre des Dictyoptera (mantes et cafards).

Les rédacteurs de l'Encyclopaedia Britannica Cet article a été récemment révisé et mis à jour par Kara Rogers, rédactrice en chef.


Prévention des bogues Boxelder

Afin d'empêcher les insectes boxelder d'envahir les maisons, réparez les trous dans les moustiquaires des fenêtres et des portes, scellez les fissures et les crevasses avec un mastic silicone ou silicone-latex de bonne qualité et installez des balais de porte à toutes les entrées extérieures.

Lorsque vous vous débarrassez des punaises boxelder qui ont déjà pénétré dans une maison ou un bâtiment, aucune tentative ne doit être faite pour les tuer dans les vides muraux car les corps d'insectes morts peuvent attirer les dendroctones (scarabées du garde-manger, anthrènes des tapis, etc.). Les experts recommandent d'attendre l'été, lorsque tous les adultes hivernants vivants sont sortis des murs vides. Pour apporter un soulagement temporaire pendant cette période, envisagez d'utiliser un aspirateur pour vous débarrasser des insectes boxelder. Le sac doit être retiré pour empêcher les insectes de s'échapper. Ensuite, scellez toutes les entrées dans l'espace de vie - poulies de fenêtre, cadres de fenêtre et de porte, plinthes, etc. - pour éviter une future infestation. Pour les prises électriques, les boîtiers de commutation, les conduits de chauffage et les évents de retour d'air, retirez le couvercle, scellez et remplacez. Pour les luminaires et les ventilateurs de plafond, retirez le luminaire de sa plaque de base, scellez et remplacez.

Si une infestation de punaises boxelder est suspectée, un professionnel agréé de la lutte antiparasitaire doit être contacté pour évaluer et évaluer le problème.

Cette vidéo d'Andrew Falconer montre des punaises de boxe grouillant sur des poteaux en bois dans le parking de l'aire de loisirs de Vicksburg.

Trouvez un professionnel de la lutte antiparasitaire


Actualités entomologiques

Annonces

Le programme de maîtrise en ligne accepte maintenant les candidatures: en savoir plus (PDF)

B&G Equipment Company a fait don d'une gamme d'équipements de lutte antiparasitaire au laboratoire d'entomologie urbaine Zach DeVries. L'équipement sera utilisé par le laboratoire pour aider à démontrer les techniques d'application appropriées aux professionnels de la lutte antiparasitaire. Lisez toute l'histoire dans PCT Maganzine.

Johnalyn Gordon, étudiant diplômé britannique en entomologie du laboratoire du Dr DeVries, a reçu une bourse de la Pest Management Foundation. Félicitations Johnalyne ! https://www.pctonline.com/article/pest-management-foundation-awards-scho.

Plus d'actualités du département d'entomologie
Liste des publications ministérielles récentes

Entomologie sociale

Aide à l'identification et à la gestion

Pour obtenir de l'aide sur l'identification et la gestion des insectes dans le Kentucky, apportez des questions et des spécimens directement à votre bureau de vulgarisation du comté local. Votre bureau local peut également vous aider à trouver et à imprimer des fiches d'information et d'autres informations. Ces services sont fournis aux Kentuckiens sans frais.

Les résidents des États en dehors du Kentucky doivent contacter leur service de vulgarisation local ou régional.


Recherche

Notre recherche a un impact réel au-delà du laboratoire. Nous sommes à l'avant-garde de la recherche de solutions à certains des problèmes les plus urgents en biologie, médecine et santé.

La Faculté a une réputation mondiale dans la recherche allant des molécules, des cellules et des organismes entiers aux populations et aux soins de santé.

Nous sommes structurés de manière unique pour encourager les chercheurs à travailler dans différents domaines pour une approche multidisciplinaire des découvertes biomédicales et des sciences de la santé.

Cette structure intègre :

Nous entretenons également de solides relations avec le NHS et l'industrie dans lesquelles nous partageons des connaissances et des installations, nous aidant à transformer nos découvertes en nouvelles thérapies efficaces.


Déchiffrer le code

Crick a commencé avec la principale chose que font les gènes : ils contrôlent la production de protéines.

Le problème que Crick a exploré était que l'ADN d'un gène est simplement un code chimique - une chaîne de quelque chose appelé bases - A, C, T, G.

Crick a dû expliquer comment la cellule pouvait passer de cette séquence unidimensionnelle de bases dans l'ADN aux structures tridimensionnelles complexes des protéines. Encore plus déroutant était le fait que les protéines peuvent se replier dans presque n'importe quelle forme.

La réponse de Crick était simple : l'ordre des bases dans le gène - ce qu'il appelait "l'information génétique" - correspondait à l'ordre des acides aminés qui composent chaque protéine, et rien de plus.

Il n'y avait aucune information structurelle sur la protéine codée dans le gène, a-t-il affirmé. Il a appelé cela l'hypothèse de séquence.

D'une manière ou d'une autre, la cellule "lisait" l'information contenue dans le gène et assemblait les acides aminés ensemble comme des perles sur une ficelle. La protéine résultante s'est repliée - spontanément - dans sa structure 3-D finale. Nous ne pouvons toujours pas facilement prédire la structure d'une protéine à partir de l'ordre de ses acides aminés, mais l'hypothèse de la séquence de Crick est valable.


Criquet

Nos rédacteurs examineront ce que vous avez soumis et détermineront s'il faut réviser l'article.

Criquet, (famille des Gryllidae), l'une des quelque 2 400 espèces d'insectes sauteurs (ordre des Orthoptères) répartis dans le monde entier et connus pour le gazouillis musical du mâle. Les grillons varient en longueur de 3 à 50 mm (0,12 à 2 pouces). Ils ont des antennes fines, des pattes postérieures modifiées pour sauter, des segments tarsiens (pieds) à trois articulations et deux appendices sensoriels abdominaux minces (appelés cerques). Les deux ailes antérieures sont raides et coriaces, et les deux longues ailes postérieures membraneuses sont utilisées en vol.

Les grillons mâles produisent des gazouillis musicaux en frottant un grattoir situé sur une aile antérieure le long d'une rangée d'environ 50 à 250 dents sur l'aile antérieure opposée. La fréquence des bips dépend du nombre de dents frappées par seconde et varie de 1 500 cycles par seconde chez la plus grande espèce de grillon à près de 10 000 cycles par seconde chez la plus petite. Les chants de grillons les plus courants sont le chant d'appel, qui attire la femelle, le chant de parade nuptiale, ou d'accouplement, qui incite la femelle à copuler et le chant de combat, qui repousse les autres mâles. Les deux sexes ont des organes très sensibles sur les pattes antérieures pour la réception du son. Il existe une relation directe entre le taux de cris des grillons et la température, le taux augmentant avec l'augmentation de la température.

La plupart des grillons femelles insèrent leurs œufs dans le sol ou les tiges des plantes avec leurs longs ovipositeurs minces, causant parfois de graves dommages aux plantes. Sous les latitudes septentrionales, la plupart des grillons arrivent à maturité et pondent à l'automne. Les nymphes éclosent au printemps et deviennent adultes après 6 à 12 mues. Les adultes vivent habituellement de 6 à 8 semaines.

Le grillon des champs (genre Gryllus) et le grillon domestique (Acheta, Auparavant Gryllus, domesticus) de la sous-famille des Gryllinae ont un corps robuste et noir ou brun et creusent souvent des terriers peu profonds. Ils peuvent se nourrir de plantes, d'animaux, de vêtements et les uns des autres. Le grillon des champs (également appelé grillon noir) est commun dans les champs et les cours et pénètre parfois dans les bâtiments. Le grillon domestique, introduit en Amérique du Nord depuis l'Europe, a une tête de couleur claire avec des bandes transversales sombres et peut être trouvé dans les bâtiments et les tas d'ordures. Largement distribués, les grillons domestiques et des champs gazouillent jour et nuit. Ils sont utilisés comme appâts pour poissons dans certains pays et sont également utilisés dans les laboratoires de biologie. Gryllus est souvent mentionné dans la poésie et la prose.

Les grillons terrestres (sous-famille Nemobiinae, ou parfois Gryllinae), d'environ 12 mm de long, se trouvent couramment dans les pâturages et les zones boisées. Leur chant est une série de trilles doux et aigus. Le grillon terrestre rayé (Nemobius vittatus) a trois bandes sombres sur son abdomen.

Les grillons arboricoles (sous-famille des Oecanthinae) sont de couleur blanche ou verte et ont des ailes transparentes. Bien que les grillons arboricoles soient bénéfiques pour les humains car ils se nourrissent de pucerons, la femelle blesse les brindilles lors de la ponte des œufs. Le chant de la plupart des grillons arboricoles est un long trille. Le grillon des arbres enneigés (Oecanthus fultoni) est populairement connu sous le nom de grillon thermomètre parce que la température approximative (Fahrenheit) peut être estimée en comptant le nombre de bips en 15 secondes et en ajoutant 40. jour et nuit.

Les grillons aimant les fourmis (sous-famille des Myrmecophilinae) sont minuscules (3 à 5 mm de long), sans ailes et à bosse. Ils vivent dans des nids de fourmis. Les grillons de brousse sans ailes (sous-famille Mogoplistinae) se trouvent généralement sur les buissons ou sous les débris dans les zones tropicales sablonneuses près de l'eau. Ce sont des grillons élancés, de 5 à 13 mm de long, sans ailes ou avec de petites ailes, et sont couverts d'écailles translucides qui s'effacent facilement. Les grillons à épée ou buisson ailé (sous-famille des Trigonidiinae) mesurent de 4 à 9 mm de long et sont bruns et possèdent un ovipositeur en forme d'épée. Ils se trouvent généralement dans les buissons près d'un étang.

Les grillons jouent un rôle important dans les mythes et les superstitions. Leur présence est assimilée à la bonne fortune et l'intelligence blessant un grillon est censée causer le malheur. En Asie de l'Est, les grillons mâles sont mis en cage pour leurs chants, et les combats de grillons sont un sport favori en Chine depuis des centaines d'années.

Les insectes appelés grillons mais pas de la famille des grillons Gryllidae comprennent le grillon des chameaux, le grillon de Jérusalem, la courtilière et le grillon des sables pygmée.

Cet article a été récemment révisé et mis à jour par Alison Eldridge, Digital Content Manager.


Université de Manchester

L'Université de Manchester est un lieu où la recherche a un impact international, où les étudiants font l'expérience d'un enseignement et d'un apprentissage exceptionnels, se transformant en diplômés employables, et où toute activité est enrichie par un engagement envers la responsabilité sociale et les avantages que nous apportons à la société et à l'environnement.

Nous avons été la première université britannique à faire de la responsabilité sociale un objectif central et en 2021, nous avons été nommés l'université numéro un au monde dans le Fois Enseignement Supérieur Classements d'impact des universités. Manchester est en tête du classement de plus de 1 100 universités de 94 pays sur les mesures prises pour atteindre les objectifs de développement durable (ODD) des Nations Unies.

Manchester était la première et la plus éminente des universités civiques d'Angleterre. Notre riche héritage de découverte, de changement social et d'esprit pionnier reste au cœur de tout ce que nous faisons. Aujourd'hui, nous faisons partie du prestigieux Russell Group des universités britanniques, avec une réputation mondiale pour le plus haut niveau de recherche et d'enseignement, comme en témoigne notre position dans le Fois Enseignement Supérieur Classement mondial des universités. En 2021, nous étions 51e au monde et huitième au Royaume-Uni.

Manchester a une riche histoire de recherche révolutionnaire et 25 lauréats du prix Nobel ont étudié ou travaillé avec nous. Cela comprend les membres actuels du personnel académique, les professeurs Sir Kostya Novoselov et Sir Andre Geim, qui ont partagé le prix Nobel de physique 2004 pour l'isolement des propriétés du graphène.

D'autres découvertes pionnières incluent le travail de Tom Kilburn, Freddie Williams et Alan Turing sur l'ordinateur moderne - le premier programme stocké a été exécuté à Manchester - et le développement de l'économie moderne par les pionniers Sir John Richard Hicks et Sir William Arthur Lewis. Ce dernier, lors de sa nomination à Manchester, fut le premier professeur noir de Grande-Bretagne. Manchester a également ouvert la voie avec la nomination de la baronne Jean McFarlane en tant que premier professeur d'infirmières en Angleterre. McFarlane, un pionnier dans le domaine des soins de santé, a créé le premier diplôme en soins infirmiers du pays.

Aujourd'hui, près de la moitié de notre personnel académique et de recherche travaille sur la recherche interdisciplinaire. Nos cinq phares de recherche – matériaux avancés, cancer, énergie, inégalités mondiales et biotechnologie industrielle – sont des exemples de la façon dont nos partenariats intersectoriels aident à trouver des solutions uniques à certains des plus grands défis mondiaux.

Notre place parmi les meilleures universités de recherche du Royaume-Uni a été confirmée dans les résultats du Research Excellence Framework 2014, le système d'évaluation de la qualité de la recherche dans les établissements d'enseignement supérieur du Royaume-Uni. 83 % de notre activité de recherche a été jugée « leader mondial » (4*) ou « internationalement excellent » (3*), et nous avons été classés cinquième en termes de puissance de recherche. Cet environnement est idéal pour les doctorants. Ceux qui choisissent d'entreprendre leur projet à Manchester peuvent collaborer avec des universitaires dont les travaux ont un impact mondial et accéder à un centre d'entreprise dédié et à un collège doctoral dédié au développement des chercheurs.

À travers notre Innovation Factory, nous investissons dans la commercialisation de la recherche via des entreprises dérivées et des partenariats avec l'industrie. Ces activités de commercialisation ont contribué à près de 868 millions de livres sterling à l'économie britannique depuis 2004 et nous sommes classés 8e dans le classement Reuters des 100 universités les plus innovantes en Europe (2019). Nous avons une multitude d'initiatives d'innovation conçues pour impliquer les étudiants, le personnel et les communautés locales avec le potentiel de la recherche à Manchester. Il s'agit notamment du Masood Entrepreneurship Centre et de l'ID Manchester, un nouveau quartier d'innovation d'un milliard de livres en cours de développement au cœur de Manchester et aux côtés de l'Université.

Notre communauté étudiante est l'une des plus importantes du Royaume-Uni. À l'heure actuelle, nous avons 40 485 étudiants qui étudient à l'Université et nous sommes fiers d'accueillir près de 14 000 étudiants internationaux dans notre communauté, soit plus d'un quart du corps étudiant.

Une recherche de classe mondiale constitue la base de tout notre enseignement et nous proposons plus de 1 000 programmes menant à un diplôme dans le cadre de l'enseignement du premier cycle, du troisième cycle et de la recherche. Ces programmes inspirent les apprenants avec des idées stimulantes, des connaissances et de la sagesse, et les aident à développer les capacités dont les employeurs ont le plus besoin. Il n'est donc pas surprenant que nous soyons l'université de l'année pour l'emploi des diplômés (Le Times et le Sunday Times Bon guide universitaire, 2020).

Nous nous engageons à améliorer la qualité de notre expérience d'apprentissage et à développer l'accès mondial à une éducation à Manchester. Nous investissons plusieurs millions de livres dans un apprentissage flexible et mixte afin de créer un environnement plus inclusif et international pour les apprenants de tous âges et de tous horizons. Nous avons quatre centres mondiaux - à Dubaï, Hong Kong, Shanghai et Singapour - offrant une gamme croissante de cours d'apprentissage en ligne et mixtes qui combinent des activités en face-à-face et numériques.

Pour les étudiants qui choisissent d'étudier sur le campus, la ville de Manchester est facilement accessible. C'est un endroit accueillant et diversifié, avec jusqu'à 200 langues parlées. Manchester est également l'une des villes les plus célèbres de Grande-Bretagne - considérée comme la meilleure ville britannique où vivre pour 2019 (la Économiste Indice global de qualité de vie).

L'université joue un grand rôle dans cela, avec notre propre musée de Manchester, le John Rylands Research Institute and Library et le Whitworth - une galerie d'art primée sur le campus - parmi les monuments culturels de la ville, et l'emblématique télescope Lovell à quelques minutes en voiture à notre Jodrell Bank Discovery Centre, maintenant un site du patrimoine mondial de l'UNESCO.

L'Université est idéalement placée pour relever bon nombre des principaux défis sociaux et environnementaux du monde. Nos équipes interdisciplinaires collaborent et font évoluer leurs recherches en permanence pour trouver des solutions aux 17 objectifs de développement durable des Nations Unies, offrant un monde plus sain, plus juste et plus vert.

Au niveau local, nous nous engageons pour l'inclusion sociale comme l'un de nos thèmes prioritaires. Nous brisons les barrières afin que les étudiants talentueux et capables puissent accéder à l'enseignement supérieur, quelle que soit leur origine. En 2019/20, nous avons fourni plus de 12,3 millions de livres sterling de financement via la bourse de Manchester pour aider 6 276 étudiants à accéder à notre université.

Manchester a été la première université britannique à faire de la responsabilité sociale un objectif central, à égalité avec nos engagements en faveur d'une recherche de classe mondiale et d'une expérience d'apprentissage et d'étudiant exceptionnelle.

Notre impact sociétal a été classé le meilleur au Royaume-Uni par Fois Enseignement Supérieur sur la base du cadre des objectifs de développement durable des Nations Unies. Le prestigieux classement arrive dans le 2020 Fois Enseignement Supérieur Classements d'impact des universités. Nous avons affronté plus de 500 universités du monde entier.

L'inclusion sociale est l'un de nos thèmes prioritaires. Nous brisons les barrières afin que les étudiants talentueux et capables puissent accéder à l'enseignement supérieur, quelle que soit leur origine. En 2019/20, nous avons fourni plus de 12,3 millions de livres sterling de financement via la bourse de Manchester pour aider 6 276 étudiants à accéder à notre université.

Nos étudiants sont inspirés à aller au-delà de leurs études pour contribuer à un changement positif, améliorant leur vie et celle des autres. Nous encourageons tous nos étudiants à participer à Stellify, un programme d'activités transformatrices conçu pour aider les étudiants à grandir et à devenir les leaders de demain. Les activités consistent notamment à relever de grands défis éthiques liés à l'égalité, à la durabilité et à la justice sociale, à faire la différence grâce au bénévolat communautaire et à développer des compétences clés grâce à des rôles de leadership ou à une expérience de travail. Les étudiants peuvent même choisir de travailler pour obtenir un prix universitaire prestigieux.


Le même gène à chaque fois

Le professeur James Mallet, expert en génétique des papillons et des mites de l'Université Harvard et de l'University College de Londres, a fait l'éloge de l'équipe de Liverpool.

"C'est un travail incroyable", a-t-il déclaré, ajoutant que la raison pour laquelle il a fallu si longtemps pour trouver le gène coupable est la simple difficulté des expériences.

"Ce sont des animaux incroyablement difficiles à travailler. Ce n'est pas facile en tant qu'animal de laboratoire, c'est difficile à reproduire - il a une génération par an - et son polymorphisme est vraiment limité. Il est donc très difficile d'utiliser des techniques génétiques standard pour cartographier les gènes et les localiser sur les chromosomes.

The second Nature paper concerned with the cortex gene explores its role in the Heliconius family of tropical butterflies.

Dr Nicola Nadeau from the University of Sheffield was the first author of that study. "It's amazing that the same gene controls such a diversity of different colours and patterns in butterflies and a moth," she said.

Her findings implicate cortex in the Heliconius butterflies' unusual habit of exchanging DNA and mimicking each other's dramatic colouring, which helps ward off predators.

Dr Nadeau's co-author Prof Chris Jiggins, from the University of Cambridge, said it was surprising - and important - to discover a single gene playing such different roles.

"For the moths, the dark colouration developed because they were trying to hide, but the butterflies use bright colours to advertise their toxicity to predators. It raises the question that given the diversity in butterflies and moths, and the hundreds of genes involved in making a wing, why is it this one every time?"